Catégories
Interviews Musique

Père Ray Kelly, l’interview du prêtre et chanteur irlandais qui fait le buzz !26 min read

LA VIE EST CELTE a eu l’immense privilège et le plaisir de s’entretenir avec Père Ray Kelly, le prêtre irlandais qui avait interprété, lors d’un mariage en 2014, une superbe version personnalisée du titre «Hallelujah» de Leonard Cohen !
Père Ray Kelly a conquis les coeurs et véritablement enflammé la toile : la vidéo, postée sur Youtube, a aujourd’hui plus de 80 millions de vues ! 🙂
De «Britain’s Got Talent» à «Dancing with the Stars» en passant par la sortie de son troisième album «Hallelujah Day», il nous raconte aujourd’hui sa merveilleuse et palpitante aventure ! 🙂

Bonjour Père Ray Kelly !
Merci de nous accorder cette interview ! 🙂

Vous chantez depuis votre plus tendre enfance !
Et nous pouvons le dire aujourd’hui – ce don vous a mené très loin ! 🙂
D’où vous vient cette passion et comment a-t-elle évolué au cours du temps ?

Père Ray Kelly : «Bonjour, mes amis ! 🙂
Je suis ravi de partager un peu de mon histoire avec vous ! 
Depuis ma plus tendre enfance, la musique fait vraiment partie de ma famille
Lorsque j’étais petit garçon, lorsque je grandissais, … mes parents, mon frère et mes soeurs n’ont jamais cessé d’adorer la musique et je suppose que je ne pouvais donc pas y échapper ! 😉
Vous le savez, je pense, j’aime vraiment chanter ! 🙂
J’adore particulièrement regarder des shows musicaux comme «Top of the Pops» sur la BBC et aussi, le concours Eurovision.
J’en suis un grand fan depuis de très nombreuses années, déjà à l’époque où l’Irlande remportait le concours pour la toute première fois en 1970 avec la chanson «All Kinds of Everything», interprétée par Dana. 🙂
La musique a toujours fait partie de ma vie !
J’adore chanter ! 🙂
Plus tard, j’ai travaillé à Dublin durant de nombreuses années.
J’ai pris alors part à des séances de coaching vocal et j’ai ainsi entraîné ma voix.
C’est ainsi que ma musique et ma passion ont évolué à travers le temps

Vous avez été ordonné prêtre en 1989.
Vous êtes prêtre à la paroisse Sainte-Brigitte-et-Sainte-Marie à Oldcastle et êtes également membre de la Société de Saint Patrick pour les missions étrangères. 

Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous en dire plus sur ce parcours de vie remarquable ?

Père Ray Kelly : «J’ai appris dans la prêtrise au sein de la Société de Saint Patrick pour les missions étrangères (Pères de Kiltegan) dans le comté Wicklow, en Irlande. 🙂
Après avoir été ordonné prêtre en 1989, j’ai été nommé au diocèse de Tzaneen, en Afrique du Sud
Je suis parti pour y travailler en septembre 1989.
J’y étais depuis seulement quelques mois quand j’ai reçu un appel téléphonique me disant de rentrer à la maison en toute urgence.
Mon père était très malade et, quelques mois plus tard, il décédait d’une tumeur au cerveau.
Par la suite, je suis revenu en Afrique du Sud pour commencer l’apprentissage de la langue, le Sotho du Nord (ndlr : une des langues officielles d’Afrique du Sud).
Je l’étudiais depuis un moment quand j’ai reçu, à nouveau, un appel téléphonique disant que ma mère était gravement malade, que ça serait mieux de rentrer et de lui tenir compagnie.
Je suis revenu à la maison, j’ai passé un mois auprès d’elle et elle s’est remise de son attaque cardiaque grâce à Dieu.
Elle est décédée en 2004.
Je suis reparti en Afrique du Sud.
S’y installer était vraiment difficile ! 
J’ai alors décidé de revenir au pays et de travailler en Irlande pour quelques temps.
J’étais définitivement nommé au diocèse de Meath, en Irlande
J’ai travaillé à Navan pendant environ 9 ans avant d’être nommé prêtre dans la paroisse Sainte-Brigitte-et-Sainte-Marie à Oldcastle, comté Meath.
C’est là où j’ai pratiqué et où je suis toujours présent à ce jour.»

En 2014, vous avez chanté la chanson «Hallelujah» de Leonard Cohen lors de la célébration d’un mariage. Comment vous êtes-vous senti ce jour-là ? 
Quelle a été la réaction du couple et de leurs invités ?

Père Ray Kelly : «Comme dit plus tôt, j’ai toujours aimé chanter ! 🙂
Je chante généralement durant mes messes, le week-end, dans mon église.
Quand j’ai un mariage ou même des funérailles, les membres de la famille me demandent de chanter une chanson lors de ces évènements particuliers.
En 2014, j’ai officié le mariage de Chris et Leah O’Kane au sein de ma paroisse
Lors de la répétition, quelques jours avant la cérémonie, je leur ai dit que je voulais chanter une chanson, pour eux et pour moi !
Je pense qu’ils se sont regardés et se sont dits : «De quoi parle-t-il ? Est-ce qu’il se sent bien ?» 🙂
J’ai pensé que le message était bien passé ! 🙂
Juste avant la fin de la cérémonie, je me suis levé et devant l’autel, j’ai lancé la piste d’une version personnalisée de la chanson «Hallelujah» de Leonard Cohen.
Cela ne représentait rien de spécial pour moi, mais j’ai reçu ensuite une véritable «standing ovation», ce qui était inhabituel ! 🙂
J’ai remarqué que la mariée, Leah, avait les larmes aux yeux.
Je l’ai regardée et lui ai fait un petit clin d’oeil pour la faire sourire – ce qu’elle a fait ! 😉
Cela a soulagé son coeur, cela l’a un peu détendue.
C’est comme ça que tout a commencé ! 🙂
A ce moment-là, je ne savais pas que j’étais filmé et que la vidéo allait finir sur Youtube !
Et actuellement, celle-ci a 80 millions de vues !
Les gens continuent de l’écouter et de la découvrir et, parfois, pour la toute première fois, même 7 ans plus tard !»

Tout est arrivé si vite ! 🙂
La même année, Universal Music sort votre premier album «Where I belong».
Comment avez-vous vécu cette période incroyable ?

Père Ray Kelly : «Peu après la diffusion de la vidéo sur Youtube, j’ai été inondé d’appels téléphoniques venant des 4 coins de la planète et aussi, de chaînes de télévision !  
Beaucoup de personnes m’envoyaient des e-mails au beau milieu de la nuit et le téléphone n’arrêtait pas de sonner durant la nuit, me demandant si j’étais disponible afin d’assister à un mariage au Japon, en Australie, si je pouvais chanter à un mariage en Pologne, aux U.S.A, en Allemagne, en France, partout !
Cela devenait complètement dingue ! 🙂
Il va sans dire que je ne pouvais pas tout laisser tomber dans ma paroisse, voyager et faire tout cela !
Ce n’était juste pas possible du tout !
Finalement, j’ai parlé à un de mes amis qui était notaire et il m’est alors venu en aide sur les questions d’ordre juridique.
Et, à ce stade, Universal Music a pris la relève ! 
Ils souhaitaient que j’enregistre un album.
Mon premier album officiel avec Universal Music se nomme «Where I Belong» ! 🙂
Les producteurs étaient David Brenner, de Vienne, et Christian Sites.
Ils ont même accepté de venir en Irlande durant quelques semaines pour enregistrer avec moi !
Comme je travaillais à temps plein dans ma paroisse, ils ont accepté d’installer un studio d’enregistrement dans ma maison.
En fait, une grande partie de l’album a été enregistrée ici, dans ma maison à Oldcastle.
C’était une expérience inédite, une grande excitation ! 🙂
Tous les paroissiens le savaient et tous étaient également très excités.
Ils connaissaient Christian et David et tout se passait réellement bien ! 
L’album est sorti pour la saison de Noël

Découvrez aussi :  ON AIR ! : Tout ce que vous devez savoir sur le groupe « The O’Reillys and the Paddyhats » !

Qu’avez-vous voulu exprimer à travers cet album ?

Père Ray Kelly : «C’était tellement excitant d’enregistrer un album pour la toute première fois ! 🙂
J’avais déjà enregistré quelques albums à une certaine époque, mais avec un budget très limité.
Ici, c’était une toute nouvelle expérience ; beaucoup d’argent a été, d’ailleurs, investi dans la création de cet album
Je suis passé par un état d’euphorie et de joie ! 🙂
Les habitants de la ville où je travaille étaient très heureux pour moi et pour l’enregistrement de l’album.
Nous étions tous très excités de connaître les chansons qui allaient figurer sur l’album !
C’était un grand moment de ma vie, vraiment, mais aussi beaucoup de pression parce que, vous savez, j’essayais en même temps de maintenir l’activité de ma paroisse et il y avait encore des mariages, des funérailles et des baptêmes.
La messe quotidienne avait lieu également !
Je devais à tout prix continuer tout cela !
C’était une expérience incroyable, absolument incroyable ! 🙂
Ce que je voulais mettre en avant à travers l’album est la variété vocale parce que je contrôle bien ma voix grâce au coaching vocal.
Les U.S.A et l’Allemagne me témoignent beaucoup d’intérêt pour mon histoire, je voulais donc aussi mettre quelques chansons irlandaises sur l’album.
Avec tout ce qu’il m’arrivait aussi rapidement, j’avais absolument besoin d’un manager ou d’un agent.
En fait, je suis entré en contact avec une société de gestion de vie à Londres, en Grande-Bretagne, et un homme, nommé Golden Charlton, a collaboré avec moi pour bien gérer ma vie musicale !

Bien sûr, un artiste aime normalement enregistrer un album de Noël avec toutes les chansons traditionnelles de cette période de l’année.
Et durant l’été 2015, je me suis retrouvé entrain de chanter «Silent Night», «O Holy Night», «O Come All Ye Faithful» et toutes ces belles chansons de Noël !
J’ai enregistré celles-ci à Londres avec un excellent producteur, Nigel.
Il a travaillé avec de grands artistes, comme le compositeur Andrew Lloyd Webber, et il a produit beaucoup de comédies musicales en Grande-Bretagne.
Je me suis senti honoré et privilégié d’enregistrer un album de Noël avec Nigel, dans ses studios à Londres.
C’était une expérience formidable ! 🙂
Cet album est sorti à l’aube de la saison de Noël, en 2015.
C’était un véritable succès ! 🙂
A nouveau, j’ai signé avec Universal pour cet album et j’en étais enchanté

Votre album «An Irish Christmas Blessing» est donc sorti en 2015.
Comment le public a-t-il accueilli ce nouvel opus ?

Père Ray Kelly : «Comme dit plus tôt, je pense qu’un artiste apprécie vraiment d’enregistrer un album de Noël avec toutes ces chansons traditionnelles ! 🙂
Je pense que mon premier album avait été très bien reçu, tout comme celui-ci d’ailleurs !
En fait, j’en étais ravi ! 🙂
Et, 6 ou 7 ans plus tard, il se vend encore parce que, vous le savez, vous écoutez toujours un album de Noël quelques semaines durant la saison de Noël et ensuite, vous le rangez à nouveau pour l’année suivante !
Les gens finissent toujours par le reprendre à un moment ! ;-)»

En 2018, vous avez passé l’audition lors de la 12ème édition de «Britain’s Got Talent».
Amanda, Alesha, Simon, David et le public étaient unanimes devant votre superbe performance !
Qu’avez-vous apprécié le plus durant celle-ci ? 🙂
Comment l’avez-vous vécu ?

Père Ray Kelly : «En 2016, j’ai été invité à participer à l’équivalent allemand de «Britain’s Got Talent» , appelé «Das Supertalent» en Allemagne.
J’y ai chanté une chanson intitulée «Love Shine a Light».
Il m’a été demandé de chanter cette chanson qui avait fait gagner le Royaume-Uni lors du concours Eurovision en 1997.
Et les juges n’ont pas été très impressionnés !
Le public m’a reconnu grâce à la chanson «Hallelujah» et a commencé à scander  «Hallelujah ! Hallelujah ! Hallelujah !».
Les juges ne comprenaient vraiment pas ce qu’il se passait.
Je leur ai donc parlé de la chanson «Hallelujah» et du mariage.
Ensuite, un des juges m’a demandé de la chanter un peu, mais je n’avais pas la piste avec moi, donc je l’ai chantée acappella
Et un juge était assez irrité car il n’aimait pas du tout la chanson…
Un autre juge m’a donc interrompu et a juste dit : «Je pense que nous pouvons en arrêter là» !
Mon ami a été très ennuyé lorsqu’il a entendu ces propos et je me suis senti vraiment insulté !
Je me souviens d’avoir quitté la scène et de m’être senti très mal.
Et je me suis dit à moi-même que jamais plus, je n’irai à une émission TV…

Ensuite, en 2017, certains organisateurs de «Britain’s Got Talent» m’ont contacté afin de savoir si j’étais intéressé de participer au show.
Ils avaient évidemment écouté mon album «Where I Belong», enregistré en 2014.
Ils ont tout fait pour me persuader de participer !
Je leur ai répondu qu’il n’en était pas question.
Non, non, non, non, non, je ne participerai pas à «Britain’s Got Talent» !
Parce que je n’aurai jamais le courage d’y aller et de chanter devant Simon Cowell, David Williams, Alesha Dixon et Amanda Holden.
Et j’en ai profité pour raconter ma mésaventure en Allemagne.
Après cela, ils m’ont répondu : «Bien… Pourriez-vous nous transmettre votre adresse e-mail ?».
J’ai transmis quand même mes coordonnées.
Ils m’ont écrit quelques semaines plus tard pour savoir si je pouvais reconsidérer ma position !
Et j’ai répondu à nouveau par la négative…
Ensuite, je me souviens d’en avoir parlé avec ma famille et je pense qu’une semaine ou 2 plus tard, ils m’ont contacté pour la troisième fois !
Ils insistaient vraiment pour que je participe à «Britain’s Got Talent».
Finalement, j’ai dit : «Bien, vous savez, je vais essayer mais je ne vais pas me battre pour ça parce que je m’attends à une réaction identique de la part de ces 4 juges que ce que j’ai reçu en Allemagne» !

Découvrez aussi :  Cet artiste franco-irlandais peint des fresques incroyables ! : portrait d’Alexandre BERETTA !

Avec cette pensée à l’esprit, j’étais décidé d’accepter d’aller et de chanter à «Britain’s Got Talent».
La chanson «Everybody Hurts» de RTM, que j’ai enregistrée sur mon album, est celle qu’ils m’ont demandé de chanter.
Je me souviens bien de l’audition ! 🙂
Le 31 janvier 2018, j’y suis allé seul et je ne pense pas que j’avais dit à ma famille que j’allais le faire.
L’audition a été enregistrée ce jour-là, c’était une longue journée !
Il va sans dire que vous êtes invité à faire ceci et cela, à répondre à des interviews
Et je me souviens d’être sorti un peu juste avant de monter sur scène.
J’ai rencontré Ant & Dec (ndlr: duo de présentateurs de télévision anglais) qui sont tous les 2 très connus.
Nous avons eu ensemble une chouette conversation avant que je monte sur scène !
Avant ma prestation, il y avait justement 2 représentations qui avaient fait l’unanimité auprès des juges.
Et j’ai dit : «Oh, mon Dieu, ça y est, c’est maintenant ! A mon tour !« .
Je suis alors monté sur scène, j’ai chanté la chanson, toute la chanson «Everybody Hurts» qui dure près de 5 minutes.
Je sentais que le public était plutôt bien en phase avec moi !
J’ai vu les 4 juges, déterminés à m’écouter et à me regarder.
J’ai fini de chanter et ensuite, il y a eu une pause de 2 ou 3 secondes, mais j’ai pensé que cela durait une éternité, vraiment si longtemps !
Et je me disais à moi-même de sortir de scène immédiatement et de prétendre que cela n’est jamais, JAMAIS arrivé !
Et juste au moment où je pensais faire cela, Simon Cowell s’est levé et m’a livré une véritable «standing ovation», Amanda, Alesha et David aussi.
Le public s’est également levé ! 🙂
Ensuite, j’ai commencé à trembler. J’étais si nerveux !
C’était juste une de ces expériences que je chérirai tout le reste de ma vie !

Je me souviens d’être alors descendu de scène après avoir chanté et tout le monde s’est réuni autour de moi, ainsi que Ant & Dec.
Ensuite, il y a eu une pause dans les auditions.
Simon arrive derrière moi, Amanda me fait un gros câlin et Simon s’avance vers moi et me dit : «C’était incroyable ! Tu nous as tous époustouflé ! Si je n’avais pas déjà décerné mon «golden buzzer» il y a 2 jours, je te l’aurais donné aujourd’hui !».
Et je lui ai juste répondu : «Merci beaucoup, Simon, pour vos gentils mots. Et, avec un peu de chance, nous nous reverrons à nouveau !».
Il m’a alors regardé dans les yeux et m’a dit : «Nous allons sûrement nous revoir un jour !».
J’étais très enthousiaste ! 🙂
Tout le monde me voulait ensuite ! Je signais les contrats !  
Ce que je préférais le plus à propos de l’émission ?
C’était le pur professionnalisme avec lequel tout le monde me traitait et, vous savez, la façon qu’ils avaient de prendre soin de moi ! D’être pris en charge de manière très positive !
Tout le monde était si aimable et gentil avec moi ! 🙂
Et c’est le souvenir que je compte garder !
Vous savez, après toutes ces années, quand je me souviens de cet évènement et quand je le vois parfois à la TV et sur Youtube (avec 15 millions de vues à ce stade), je me dis que c’est juste une de ces expériences que jamais je ne regretterai ! 🙂

Beaucoup de gens me demandent encore comment j’ai pu mettre autant d’émotion dans cette chanson !
Je pense que cela vient de l’expérience de la perte dans ma propre vie : ma plus jeune soeur (elle était 3 ans plus jeune que moi) est décédée d’un cancer de l’oesographe, un an, un an et demi avant l’audition.
J’étais toujours très affligé par son départ.
J’ai toujours sa photo dans ma poche, où que j’aille.
Je me souviens d’avoir regardé sa photo, avant que je monte sur scène pour chanter «Everybody Hurts».
Je lui ai dit : «Reg, je t’appelle.». Regina, c’était son nom.
J’ai ajouté : «Reg, on y va, on va le faire !».
J’ai senti son esprit en moi.
Et je pense que cela a aidé à créer cette pure émotion dans la chanson que tout le monde a en quelque sorte reconnue.
Je suppose peut-être que tout le monde s’y est identifié !
Vous savez, partout où je vais, les gens aiment entendre cette chanson parce que, avouons-le, tout le monde souffre à cause de quelque chose ou de quelqu’un.
Je suppose qu’en ce moment même, tant de personnes ont perdu la vie et tant de familles sont en deuil de ce qui a frappé le monde au cours de l’année dernière…
Il y a eu beaucoup de souffrance et elle fait aussi partie intégrante de nos vies.
Je pense donc que c’est une chanson qui résonne et à laquelle tout le monde peut s’identifier

Vous êtes parti en tournée dans le monde entier ! 🙂 
Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous raconter des anecdotes intéressantes à propos de votre incroyable parcours musical ?

Père Ray Kelly : «Oui ! 🙂
L’ «Hallelujah Story» a certainement et complètement changé ma vie, passant d’un humble prêtre d’une paroisse en Irlande à celui qui voyage dans le monde entier !
J’ai été de nombreuses fois en Allemagne et je ne suis encore jamais allé en France ou en Belgique
Je me suis rendu plusieurs fois aux U.S.A afin de faire quelques concerts.
Je prévois d’ailleurs d’y retourner en septembre, si la situation sanitaire le permet !
J’ai été également invité à Hong-Kong pour chanter lors d’un festival qui aura lieu en février.
En 2022, je rejoindrai, avec d’autres artistes irlandais, une croisière vers Les Bahamas et je serais également l’aumônier à bord !
J’ai visité tellement d’endroits grâce à l’ «Hallelujah Story» et j’adore ça ! 🙂
J’aime voyager, rencontrer les gens et partager mon histoire avec eux.»

L’année dernière, vous avez participé à la quatrième saison de « Danse avec les Stars ».
Que pensez-vous personnellement de cette nouvelle expérience ?

Père Ray Kelly : «En 2019, j’ai été invité à prendre part à la version irlandaise de «Strictly Come Dancing», qui est ici appelée «Dancing with the Stars».
J’étais un peu réticent parce que je savais qu’il y aurait des réactions de personnes qui pensent qu’un prêtre ne devrait pas faire ce genre de choses : danser, vous savez, le foxtrot, les valses, le quickstep, le Charleston, tout cela sur une piste de danse et, de surcroît, dans une émission TV
Je me souviens d’en avoir parlé à l’évêque et il m’a, en quelque sorte, assuré que j’aurais certainement beaucoup de réactions négatives de la part de quelques personnes, quelques appels téléphoniques et courriels désagréables, généralement sans signatures !
Mais j’ai été de l’avant, je l’ai fait et j’ai apprécié ! 🙂
Je m’attendais à mon élimination vers la deuxième semaine parce que mes talents de danseur n’étaient pas exceptionnels, en partie parce que ce que je pensais avoir dans ma jambe était en fait… une sciatique pour les 9 semaines à venir !
Il fallait des analgésiques pour soulager cela.
A la fin de la représentation, je devais partir pour passer une IRM et j’ai découvert que j’avais, en fait, un cartilage déchiré au genou.
J’ai donc dansé pendant 10 semaines à la télévision irlandaise avec un cartilage déchiré…
Cependant, les gens m’ont beaucoup aimé durant ce show et j’ai vraiment apprécié l’expérience, avec Nicky Barr, un des gars de Westlife ainsi que Jennifer Capriati.
Ça s’est très bien passé ! 🙂
Le quart de finale, la demi-finale et la finale ont dû se dérouler au même moment à cause de la crise sanitaire.
Cela a donc duré jusqu’au 8 mars.
Et la semaine d’après, le monde se fermait littéralement en raison du COVID-19. 
J’ai vraiment adoré l’expérience ! 🙂
Et, vous savez, j’ai rencontré des personnes adorables ainsi que d’autres célébrités qui participaient au show.
C’était super ! 😉
Voilà une de ces expériences positives, tout comme l’était «Britain’s Got Talent» !

Découvrez aussi :  De l’Irlande à l’Italie : 2 passionnées du tourisme vous parlent du « gène du voyage » !

Vous êtes un homme accompli !
Vous avez chanté dans de nombreuses villes, vous avez sorti 3 albums et vous vivez une brillante carrière !
Qu’est-ce qui pourrait vous rendre plus heureux encore à l’avenir ?
🙂

Père Ray Kelly : «Le 18 juin, cela fera 32 ans que j’ai été ordonné prêtre.
J’ai définitivement une vie merveilleuse parce que j’ai toujours l’impression d’exercer les deux meilleurs jobs au monde ! 😉
En premier lieu, j’adore être prêtre, mais aussi artiste et chanteur.
Vous savez, j’ai voyagé autour du monde, sorti 3 albums.
Mon troisième album «Hallelujah Day» est tout juste sorti récemment et est disponible sur Amazon et Spotify.
Si les gens désirent une copie personnalisée, ils peuvent m’envoyer un e-mail et je serai ravi de l’envoyer. 
Vous savez, j’ai 68 ans. Je ne suis plus tout jeune ! 😉
Je me sens donc chanceux et béni dans ma vie !
Je sais que Dieu m’a béni de toutes les façons.
Je me sens privilégié et honoré ! 🙂
Je sais que les gens apprécient de me voir, de me rencontrer et de m’entendre encore.
Et je suis toujours ouvert à cela parce que je pense vraiment que cela fait partie de ma vie.»

SON TROISIEME ALBUM EN VENTE ICI ! :

Shop : https://www.amazon.de/Hallelujah-Day-Father-Ray-Kelly/dp/B091F5QQCF/ref=tmm_acd_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=&fbclid=IwAR3ld5PmALGHowTP6JkXxF0BsUKoXgn2Tuna5Vl0xThh40rvmindPpAT-9M

Un mot à propos de votre livre «Hallelujah Book – Mémoires d’un prêtre chantant» ?

Père Ray Kelly : «Oui, j’ai publié mon propre livre «Hallelujah Book – Mémoires d’un prêtre chantant» en 2019
C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire ! 🙂
Vous le savez, pas pour le profit ou le gain !
Juste pour coucher mon histoire, et encore plus même celle de ma famille, sur papier, pour mes nièces, mes neveux, mes petites-nièces et mes petits-neveux.
Quand je serai parti, ils auront quelque chose pour se souvenir de moi : qui j’étais, ce que j’étais.
Je pense que c’est important de laisser une trace de son histoire derrière soi.
L’écrire, en tout cas, c’était une chouette expérience !
Je me souviens d’avoir parfois veillé tard, jusqu’à 1H00 du matin, plongé dans un souvenir, que j’ai ensuite mis sur papier.
Je devais arrêter car mes larmes allaient couler, quand je me remémorais ces souvenirs remontant à mon enfance et ensuite, la perte de mes parents, de ma soeur et tout cela…
Vous savez, c’est un grand débat, une belle manière, une grande chose pour tout le monde d’écrire son histoire, même si cela n’est pas publié comme la mienne l’a été. 
Il faut juste écrire son histoire ; parce que vous revivez des évènements passés et si c’est une bonne chose à faire, c’est aussi un excellent processus de guérison

Avez-vous un «scoop» à partager avec nous à propos de vos projets futurs ?

Père Ray Kelly : «Oh, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve.
J’espère que Dieu me donnera la bonne santé et la tranquillité d’esprit de continuer, à chanter et à être un prêtre qui travaille dans sa paroisse pour encore de belles années ! 🙂
L’un de mes rêves, l’une de mes passions, mentionnée plus tôt, est l’intérêt que je porte au concours Eurovision de la chanson, depuis l’époque où j’étais enfant et quand Dana l’a remporté en 1970
Nous avons eu du succès quand l’Irlande a remporté le concours trois fois d’affilée !
J’ai toujours eu ce rêve : j’adorerais chanter au concours Eurovision de la chanson.
Maintenant, je sais que les gens diront que je suis trop vieux et que je ne devrais même plus y penser parce que l’histoire de l’Eurovision n’est plus la même et il y a trop d’effets spéciaux sur scène.
Mais j’ai encore ce rêve : y participer, malgré tout ! 
Même si ce n’est pas pour représenter mon propre pays : si c’est pour représenter un autre pays et chanter, cela serait mon rêve ultime ! 🙂
Et, personnellement, je ne pense pas que cela arrivera. Vraiment pas.
Mais si cela arrive, je devrais prendre tout ce qu’il y a à prendre : les critiques et le positif !
Vous serez toujours devant des personnes qui vous assommeront, mais il y aura toujours des personnes qui vous tireront vers le haut !

C’est un de mes rêves de représenter l’Irlande au concours Eurovision de la chanson !
Si ce n’est pas l’Irlande, alors peut-être la France, la Belgique, l’Italie ou l’Allemagne ou tout autre pays qui pourrait m’inviter à les représenter… Je ne sais pas. 
De toute façon, c’est mon petit rêve secret et je le garde encore pour un moment ! ;-)»

Encore un tout grand merci, Père Ray Kelly, pour votre gentillesse, votre sympathie et pour cette superbe interview ! 🙂

Envie d’en savoir plus et de suivre le Père Ray Kelly ?

Site web : https://www.revraykellymusic.ie
Facebook : https://www.facebook.com/FatherRayKelly/
Instagram : https://www.instagram.com/fatherraykelly1/

2 réponses sur « Père Ray Kelly, l’interview du prêtre et chanteur irlandais qui fait le buzz !26 min read »

Merci pour ce bel article et je partage entièrement la vision du prêtre Ray Kelly : On peut louer Dieu à travers plusieurs activités différentes si on le fait avec respect et avec le coeur !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *